Retour à la listeTélécharger la fiche de culture
Dendrobium : généralités


Dendrobium

Distribution géographique 

   Région himalayenne jusqu'aux îles du Pacifique occidental, la Thaïlande, le Vietnam, le Cambodge, la Nouvelle Guinée, le Japon et l'Australie.

Végétation 

   Epiphytes par excellence (Etymologiquement en grec : Dendros = arbre et bios = vie). Plantes sympodiales, elles se développent en émettant des pseudo-bulbes permettant à la plante de stocker l'eau pendant la période des pluies. Cette réserve sera indispensable aux plantes, qui, à quelques exceptions près, subissent une saison sèche. Ces pseudo-bulbes peuvent être minuscules, très gros, couverts de fibres, filiformes ou velus. Le feuillage présente une grande variété de formes et de couleurs, feuilles fines comme de l'herbe ou succulentes, lisses ou poilues. De nombreuses espèces ont la particularité d'avoir un feuillage caduc ou semi-caduc. Très diverses en taille, depuis les plantes naines qui forment des tapis de quelques centimètres jusqu'aux gigantesques plantes pouvant mesurer plusieurs mètres. Un classement selon l'altitude où se développent les plantes peut-être fait : Plaines et vallées de 0 à 1000 m d'altitude : Dendrobium de serre chaude et tempérée chaude. Forêts de moyenne altitude (entre 1000 m à 2500 m) : Dendrobium de serre tempérée. Forêts d'altitude (au-delà de 2500 m jusqu'à 4000 m) : Dendrobium de serre froide et tempérée froide.

Floraison 

   Inflorescences diverses, fleurs parfois solitaires mais le plus souvent en grappe ou en bouquet. Fleurs de toutes les tailles et de toutes les couleurs, même le bleu.

Culture 

   Facile à moyennement facile en respectant les biotopes des milieux d'origine.

Eclairage 

   Lumière la plus abondante possible, sans soleil direct en été. Forte luminosité en hiver, en particulier pour : D. aggregatum, D. chryxotoxum, D. kingianum, D pierardii, D. speciosum, D. discolor. Parmi les moins exigeants : D. nobile, D. unicum, D. munificum, D. gracilicaule, D. tetragonum.

Hygrométrie 

   75 à 80 % d'humidité toute l'année, légère augmentation en période de repos.

Arrosages 

   Eau non calcaire.

Période de repos 

   Dans la nature, quasiment tous les Dendrobium connaissent une période où les pluies deviennent moins fréquentes sinon très rares. Les espèces à feuillage caduc ou à feuilles épaisses (D. pierardii, D. parishii, D. aggregatum, D. unicum, D. jenkinsii, D. chrysotoxum?) doivent subir une période de repos très marquée en hiver. Les espèces à feuillage semi-caduc ou persistant (D. bellatulum, D. gracilicaule, D. antennatum, D. discolor?) seront modérément arrosées.

Rempotage 

   Tous les 2 ans, dans des pots les plus petits possible. Possibilité de culture sur plaque pour certaines espèces. L'utilisation de pots en terre présente un double avantage : éviter la pourriture des racines en cas d'excès d'arrosage, stabiliser les plantes aux pseudo-bulbes érigés et longs.

Substrat 

   Très drainant. Moyenne granulométrie, 80 % d'écorce de pin et 20 % de billes d'argile expansée.

Apport d'engrais 

   1 arrosage sur 2. Engrais azoté dès l'apparition des nouveaux pseudo-bulbes. Au 2/3 de leur formation, engrais riche en potasse et phosphore pour la floraison, jusqu'à la période de repos. Pas d'engrais pendant le période de repos.

Remarques 

   Ethnobotanique : En Australie : Les aborigènes utilisaient les D. canaliculatum et D. speciosum dans leur nourriture. Au Vietnam : Une décoction aux vertus tonifiantes était faite à partir du D. crumenatum. En Malaisie : De petits balais étaient fabriqués avec les pseudo-bulbes de D. crumenatum pour asperger de l'eau dans les maisons des personnes défuntes, afin d'éviter que leurs esprits ne restent hanter les lieux. Au Japon : le Dendrobium moniliforme servait à décorer et parfumer les temples. Il était également considéré comme source de longévité pour qui le possédait. Il était collectionné par les empereurs pour son parfum.


 

Association régie par la loi 1901. mentions légales - Création Couleurs de web